Fleurus d'Algérie (1848 - 1962)

Ilot E

Au-delà du boulevard de l'est, nous sommes sur un terrain peu fertile, sur la pente descendant vers les communaux d'origine (abattoir, noria pour les lots de jardin, aire à battre). Les abords du village servant tous de "lots de jardin", cet espace (correspondant aux îlots E, J et P) a été attribué à la famille Drouin, qui l'a vendu peu de temps après à un autre colon, Michel Bertrand, parti à Oran où il est boucher. Les Drouin sont rentrés à Paris après la mort du père et d'un des fils à la fin des années 1870, et une autre branche de la famille, revenue en 1896, semble avoir racheté à la veuve de Michel Bertrand au moins une partie des lots vendus, si bien qu'on les retrouve propriétaires de ce lot, qu'ils exploitent en y bâtissant des maisons et des appartements à louer.

Cet îlot semble avoir été entièrement occupé par des Indigènes arriv és au village après 1930 (il marque le début du "douar du bas") et n'est donc pas renseigné dans les sources accessibles.

Cliquez sur une des vignettes ci-dessous pour voir l'histoire d'un des emplacements numérotés sur le plan, puis n'importe où pour faire défiler les emplacements.

Lot

Cliquer ici pour afficher le plan détaillé de l'îlot E en format téléchargeable


Retour au plan d'ensemble